Juniperus communis – genévrier commun

Le genévrier commun produit des cônes bacciformes, couramment utilisés pour leur arôme dans la préparation de la choucroute et de liqueurs telles que le gin.

Nous le voyons souvent durant nos stages botaniques.

Fiche d’identité botanique

  • Famille : Cupressinées ou cupressacées
  • Nom latin : Juniperus communis.
  • Nom français : Genévrier commun, péteron.
  • Habitat : Endroits incultes ou arides, bois, lisières, bords de chemins.
  • Répartition : Commun partout en France, et notamment en moyenne montagne.
  • Période de floraison : Avril et mai.
  • Taille : Environ 1 mètre à 10 mètres.

Description de la plante

Le genévrier commun (Juniperus vulgaris) est un arbrisseau buissonnant au port dense, pouvant atteindre une grande taille, avec des tiges très ramifiées. Il possède des feuilles persistantes et très épineuses, disposées en verticilles de trois. Ces feuilles sont linéaires, sessiles, et présentent des sillons blanchâtres sur leur face inférieure. Les fleurs, de petite taille, sont dioïques, c’est-à-dire qu’elles sont soit mâles, soit femelles. Les fleurs femelles se soudent progressivement et produisent des fruits globuleux, qui passent du vert au bleu noir à maturité. Ces fruits, fortement aromatiques, mesurent quelques millimètres de diamètre. Ils sont beaucoup plus petits que ceux du cade.

Voyez les deux vidéos sur cet arbuste, publiée sur notre chaîne YouTube :

Ses vertus médicinales

Indications :

  • En usage interne : La baie et les jeunes pousses de genévrier, utilisées en gemmothérapie, sont bénéfiques pour la digestion, aidant à soulager le météorisme, les gaz et la faiblesse hépatique. Elles ont également des propriétés diurétiques. De plus, elles peuvent être recommandées comme stimulants musculaires et cardiaques.
  • En usage externe :L’huile essentielle de cette plante est un excellent cicatrisant et antiseptique lorsqu’elle est appliquée localement.
  • Effets secondaires : La baie de genièvre est fortement déconseillée en cas d’insuffisance rénale. De plus, elle doit être évitée par les femmes enceintes pour la même raison.
  • Parties de la plante employées : Jeunes pousses, cônes femelles (baies de genièvre).
  • Principes actifs : Flavonoïdes (dont quercitrine et rutine), sucres, amers, proanthocyanidines, résines, tanins, monoterpènes, diterpènes, sesquiterpènes.
  • Formes galéniques : Bourgeons, teintures mères, huile essentielle.

Sa comestibilité

Les baies mûres du genévrier commun, appelés baies de genièvre, sont utilisés pour la fabrication de liqueurs célèbres telles que le gin et l’aquavit. Dans les Alpes, on obtenait par pressage un extrait de genièvre, qui était utilisé comme édulcorant ou tartiné sur du pain. Les baies de genièvre sont également couramment utilisées comme aromates, notamment pour parfumer la choucroute, ainsi que des pâtés, des viandes grasses et des plats de gibier.

genévrier commun
genévrier commun